• Ouistreham

    Note de l'auteur :

    - La crise. On ne parlait que de ça, mais sans savoir réellement qu'en dire, ni comment en prendre la mesure. Tout donnait l'impression d'un monde en train de s'écrouler. Et pourtant, autour de nous, les choses semblaient toujours à leur place. J'ai décidé de partir dans une ville française où je n'ai aucune attache, pour chercher anonymement du travail. J'ai loué une chambre meublée. Je ne suis revenue chez moi que deux fois, en coup de vent : j'avais trop à faire là-bas. J'ai conservé mon identité, mon nom, mes papiers, et je me suis inscrite au chômage avec un baccalauréat pour seul bagage. Je suis devenue blonde. Je n'ai plus quitté mes lunettes. Je n'ai touché aucune allocation. Il était convenu que je m'arrêterais le jour où ma recherche aboutirait, c'est-à-dire celui où je décrocherais un CDI. Ce livre raconte ma quête, qui a duré presque six mois, de février à juillet 2009. J'ai gardé ma chambre meublée. J'y suis retournée cet hiver écrire ce livre. ", Florence Aubenas.

     

    Mon commentaire :

    Florence Aubenas journaliste est connu notamment pour son enlèvement en Irak durant plusieurs mois en 2005.

    Elle s'est fait connaître pour sa couverture du procès d'Outreau, étant l'une des premières à exprimer ses doutes sur la culpabilité des prévenus finalement innocentés.

    C'est aussi Florence Aubenas qui commentera pour France 3 le retour à Paris de la Franco-colombienne, Ingrid Bétancourt détenu par les FARCS dans la jungle colombienne.

    De février à juillet 2009 elle fait croire qu'elle part au Maroc pour écrire un roman.

    En fait elle s'installe à Caen en Normandie pour mener une enquête sur le travail précaire. Elle gardera son nom, ses papiers.

    Ce livre nous raconte comment Florence Aubenas enchaîne des petits boulots .

    Elle travaillera sur un ferry au quai de Ouistréham. Ce ferry de la compagnie britanny ferries qui relie Ouistréham à Porstmouth en Angleterre.

    Elle nous décrit la galère de ces femmes qui doivent sans cesse se plier a l'exigence de leurs patrons . Ces femmes contraintes d'accepter ces petits boulots mal payés pour survivre.

    Florence nous décrit aussi la solidarité des collègues de travail .

    Ce livre est remarquable à lire absolument

     

    Le livre :

    Florence Aubenas

    Le Quai de Ouistréham

    Editions de Noyelles avec l'autorisation des Editions de l'Olivier

    270 pages

    Février 2010

     


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires